bonampak

Voyage au Mexique #7 Yaxchilán et Bonampak, au cœur de la jungle Lacandone

Un jour de plus dans le Chiapas, on explore la jungle Lacandone

Après avoir visité la zone archéologique de Palenque il nous restait plus qu’à visiter celles de Yaxchilán et Bonampak. Situées dans des zones profondément enfouies dans la jungle; au sud-est de l’état de Chiapas, à la frontière avec le Guatemala.

Ce jour-là nous nous levés (super) tôt, et avons pris le van de l’excursion qui était venu nous chercher directement à l’hôtel pour aller à Yaxchilán. La route jusqu’à Yaxchilán et Bonampak est très mauvaise, beaucoup de virages et de nids de poule; en plus de ça le chauffeur s’est cru dans Fast and Furious, j’étais choquée, j’ai essayé de dormir pour pas être malade! Puis on s’est arrêtés dans un petit village pour prendre le petit-déjeuner. C’était très bon! Confitures, pains, céréales, œufs, café et fruits!

Yaxchilán et bonampak

Le trajet jusqu’à Yaxchilán depuis Palenque est assez long, environ 2h30 pour arriver au village de Frontera Corozal ensuite il faut compter 1h en bateau sur le fleuve Usumacinta.

Le fleuve Usumacinta est la frontière naturelle entre le Mexique et le Guatemala.

Du coup, quand tu prends le bateau tu as d’un côté le Mexique et de l’autre le Guatemala! C’est vraiment surprenant! De plus, l’arrivée à Yaxchilán ne peut se faire qu’en bateau, il n’y a aucune voie terrestre! Cependant, durant le voyage tu ne vois rien d’autre que la jungle, une végétation dense jusqu’à l’entrée du site! Tu comprends vite pourquoi il serait trop difficile d’ouvrir un chemin terrestre sur ce territoire.

bonampak yaxchilan guatemala
D’un côté le Mexique de l’autre le Guatemala

Après une heure en bateau à observer le paysage et chercher des crocodiles on est arrivés à Yaxchilán. Je dois dire que le site m’a beaucoup surprise, je n’avais pas beaucoup d’attentes mais finalement c’est un lieu magnifique! J’ai pas assez de mots pour te décrire la beauté du site!

Yaxchilán, ou les pierres vertes!

En arrivant à l’entrée du site il a un petit chemin à suivre, on ne voit presque pas le ciel à cause des arbres dont le feuillage couvre tout le sol! Tu peux vite entendre les bruits de la jungle, au loin les singes hurleurs manifestent leur présence avec leur rugissement! Ensuite tu peux observer les superbes édifices, encore faut-il que tu sortes du labyrinthe de l’édifice 19; un dédale de salles obscures reliées par de petits couloirs étroits, pleins d’araignées et de chauve-souris!!

Yaxchilán labyrinthe

Si tu parviens à sortir vivant de là, tu arrives sur la Grande Place où tu peux contempler le jeu de balle et tous les édifices qui l’entourent. C’est la zone archéologique du Mexique qui compte le plus d’inscriptions.

Yaxchilán édifice

Yaxchilán monument

L’édifice le plus époustouflant de toute la zone est sans aucun doute l’édifice 33! Situé en haut d’un énorme escalier déformé par les racines des arbres qui reprennent leurs droits! On a pas mal galéré pour monter tout ça, la chaleur est suffocante et tu te demandes qui a eu l’idée de construire un truc pareil! Ils montaient quand même pas tous les jours…? Ben si!

Yaxchilán escaliers
Faut monter!

Bon, on est enfin arrivés en haut et le temple est sublime. Il rappelle un peu l’architecture de Palenque, à l’intérieur il y a une statue du roi sans sa tête! Mais attention! Ne va surtout pas la remettre à sa place, car pour les lacandons, si quelqu’un remet la tête à sa place ça sera la fin du monde!

Les jaguars célestes viendront sur terre pour manger les vivants… on veut pas trop que ça arrive! Alors laisse-la où elle est!

Yaxchilán roi

Yaxchilán édifice 33

Yaxchilán temple

En descendant de l’autre côté de l’édifice tu tombes sur la jungle, immense, magnifique, dense et verte! Un petit chemin plonge directement dans ses entrailles! On a eu la chance d’y voir beaucoup d’oiseaux, on entendait toujours les singes mais impossible de les trouver! On a donc pris le chemin, qui monte toujours plus, il faut slalomer entre les racines des arbres; Pour enfin arriver à la petite acropole au sommet d’une colline qui domine toute la jungle.

Yaxchilán jungle
Promenade dans la jungle!

Pour retrouver l’entrée il faut juste descendre le chemin derrière l’acropole. Cependant, j’ai eu l’impression de me perdre et de m’éloigner du site tant le chemin est abrupte, il n’y a personne, tout est naturel et vierge. On croirait marcher dans les pas d’Indiana Jones à la recherche de trésors cachés dans des lieux encore inconnus de l’homme.

Yaxchilán toucan

J’ai beaucoup aimé cet endroit, je pensais pas que ça allait être aussi bien conservé, il n’y a pas de vendeurs ambulants comme dans certains autres endroits que j’ai pu visiter; quelques petites filles qui veulent vendre des Quetzal (monnaie du Guatemala).

A la fin de la visite on a repris le bateau, le chemin de retour est un peu plus long à cause du courant. Si tu as de la chance tu pourras voir des crocodiles, malheureusement on en a pas trouvé! En arrivant à Frontera Corozal nous sommes repartis directement pour aller manger.

Yaxchilán singes hurleurs

Le restaurant s’appelle “el museo regional”, le repas était très bon, on à eu le droit a une soupe, du riz avec de la viande, des frites et de la salade; en dessert une gélatine je crois.

Yaxchilán repas

Bonampak et ses peintures

Après avoir mangé nous sommes allez à Bonampak. Le chemin est encore long, plus d’une heure sur la route.

Pour se rendre à Bonampak il faut entrer sur le territoire de Lacandons. Ils ne seraient plus que 500 dans le Chiapas aujourd’hui, l’exploitation forestière des années 50 et l’ouverture de routes au milieu de la jungle les ont forcés à abandonner leur mode de vie traditionnel. Ils sont désormais réunis en 3 communauté, certains se sont reconvertis au tourisme et accompagnent les voyageurs dans la jungle.

bonampak jungle

Que tu arrives avec une excursion ou ton propre véhicule c’est pareil pour tout le monde, il faut changer de transport. Aucun véhicule n’appartenant pas à la communauté peut entrer, de plus, il te faudra payer un droit de passage (25 pesos).

Je trouve très intéressant qu’il y ait encore des communautés qui vivent en autonomie, qui parlent leur propre dialecte et qui vivent encore de manière traditionnelle. 

J’aurais adoré avoir plus d’explications de leur part, qu’ils nous expliquent comment ils vivent, leur travail, pourquoi ont-ils choisi cette indépendance vis à vis du gouvernement… tout en fait.

Malheureusement j’ai été déçu de constater qu’ils n’avaient rien envie de nous partager. Tu arrives sur le territoire, tu changes de transport ok. Et donc? Tu fais les 10km qui restent dans le silence, enfin le silence perturbé par les bruits de carcasse de la camionnette qui fait un bond à chaque nid de poule et le chauffeur qui parle à ses collègues dans leur dialecte à la radio.

bonampak mexique

En arrivant à l’entrée tu payes et ça s’arrête là; si tu veux un guide tu le prends (tu le payes) et sinon vas-y seul! Beaucoup d’hommes portent l’habit traditionnel mais on ne t’en parle pas, on t’explique rien.

Tu te dis bon avec le guide ça va le faire… Non! Le pire guide que j’ai rencontré de ma vie! Le monsieur qui nous a fait la visite n’a pas jugé bon de se faire comprendre! Je ne suis pas mexicaine, parfois certains mots m’échappent, mais là je comprenais rien!! Je lui ai demandé de me laisser le temps de traduire petit à petit à mes parents, non, il a continué à débiter son discours point barre. Mon chéri, mexicain, lui a posé des questions, mais un vrai sketch!! Soit il comprenait pas la question, soit on comprenait pas la réponse!! bref!

Bonampak signifie « murs peints »

La zone est, cependant, jolie mais petite, j’ai préféré Yaxchilán. Anciennement Bonampak était subordonnée à Yaxchilán.

bonampak jungle lacandone

Tu peux grimper sur les édifices, tu pourras découvrir des peintures qui ont apporté énormément d’informations sur la culture maya; ces peintures, présentes dans 3 pièces totalement peintes, ont aussi contribuer à lever le voile sur la croyance que les mayas étaient un peuple pacifique. Elles illustrent en effet des scènes de guerres et de sacrifices! On peut entrer dans les pièces par 3 maximum, le flash est interdit. Aujourd’hui les peintures sont très abimées et ne sont plus aussi jolies que lorsqu’elles ont été trouvées.

peintures bonampak
Peintures de Bonampak

Sur la place principale tu peux voir une stèle qui représente le roi Chaan Muaan II, elle mesure presque 6 mètres et c’est l’une des plus grandes du monde maya. L’histoire du site est très intéressante, comme toute la culture maya et les civilisations préhispaniques. bonampak stèle

A la fin de la visite le guide nous a laissé et on a pu visiter tranquillement les monuments. Enfin, il a fallu descendre vite car le site ferme à 16h. Pendant le retour on s’est arrêtés plusieurs fois pour laisser certains passagers dans des communautés car ils y passaient la nuit. Beaucoup de lieux proposent des campements la nuit dans la jungle, au matin ils partent en excursion.

mexico tips

Important

Pour visiter ces zones archéologiques je te conseille d’y aller en excursion depuis Palenque par exemple, pour des questions de confort. C’est plus facile de se déplacer comme ça qu’avec son propre véhicule.

La journée nous a coûté 1300 pesos par personne (65euros), ils te récupèrent et te ramènent à ton hôtel. Ce prix inclus: les trajets, les repas, les entrées sur les sites et dans la jungle.

Ne pas oublier: chapeau, crème solaire, antimoustique!! Et de bonnes baskets!

Prends aussi de l’eau, il fait chaud!

J’espère que ça t’a plus! N’hésite pas à me contacter sur les réseaux sociaux (morganitablog) ou via le formulaire de contact pour toute question!

bonampak place

Morganita Online

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *